Inscription Newsletter






Interviews et Portrait

Ce mois

Can 2008
Découvrez nos Photos de la Can 2008 en exclusivité !
Le match
Can 2008, les stades et le coût Commentaires vidéos des match par le public.
Forums
Retrouvez toute l'actualité de okabol à travers nos flux
Jacob Desvarieux: "On est encore jeunes" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Par Jean-Pierre ESSO   


Entre la conférence de presse et les répétitions du concert, Jacob Desvarieux du groupe Kassav a pris le temps, vendredi après midi, de s'entretenir avec la rédaction d'Okabol.com.
Jacob Desvarieux, comment allez vous aborder le stade de France ce samedi?
Et bien, comme il sera complet, ça va! Pour le temps qu'il fera, on va s'arranger. On a payé un mec pour faire arrêter la pluie.
30 ans, ça vous vous rajeunit?
Il faut croire qu'on est encore jeunes, puisqu'on est encore là!
Le zouk a t il encore les moyens de se rajeunir même si vous êtes encore là?
Oui, puisqu'il y a plein de jeunes qui arrivent derrière et qui ont les dents qui rayent le parquet, et qui aimeraient bien prendre la place. A un moment où à un autre, il y en a un qui va y arriver.

ETOILE
Kassav a créé le zouk: est ce que Kassav peut encore renouveller le zouk?
On essaie à chaque fois. Le dernier album est une compilation. On a essayé de survoler les 30 ans, on a repris quatre titres d'avant que nous avons remis au goût du jour. Quand on fait un vrai album studio, on essaye de se renouveller, de trouver de nouvelles idées. C'est de plus en plus difficile car au fur et à mesure qu'on trouve de nouvelles idées, il y a des gens qui nous les piquent. On ne va pas se mettre à reservir la même idée come le font certains artistes internationaux, qui les exploitent pendant 30 ans. Nous sommes obligés de trouver de nouvelles idées à chaque fois.

Avant la grande carrière du groupe, vous avez travaillé avec un artiste camerounais, Toto Guillaume. En quoi sa musique a-t-elle pu influencer celle de Kassav par la suite?
C'est de la musique. Obligatoirement ça influence. Avec tout ce qu'on entend, à un moment quelque soit le style on peut se dire "ça c'est bien", "ça j'aime bien", "ça je n'aime pas, ce n'est pas ce qu'il faut faire". Toto Guillaume est guitariste comme moi, on a travaillé ensemble, et c'est sûr que ça a influencé. Il y a des trucs aussi que j'ai fait qui ont dû l'influencer, ça c est normal, c'est comme ça que ça se passe.

Kassav a invité pour son anniversaire de nombreux autres artistes: c'est une façon de passer le relais ou alors de montrer que la famille Zouk s'est agrandie?

Ce n'est même pas ça! Quand on fait un grand concert comme celui là, on invite quelques copains. Les critères après...On peut analyser ça comme on veut, mais bon...Il faut aussi qu'ils se fassent la main ils n'ont pas toujours l'occasion de jouer sur de grandes scènes!

jacob

Après votre belle tournée en 1985 en Côte d'ivoire, vous y êtes retournés il y a quinze jours. Comment décrire globalement ce nouveau séjour là bas?

Très bien! Il y a des choses qui ont tout de même changé. Quand on y a été la première fois, nous on pensait arriver comme des inconnus mais apparement non! ça marchait bien. Là, quand on remet presque 25 ans après, c'est bizarre parce que les gens qui étaient étudiants à l'époque qui nous suivaient en bus partout sont aujourd'hui ministres! C'est rigolo...

Ces étudiants devenus ministres vous ont honoré d'une médaille. Quel effet ça fait d'être décoré de la sorte?

C'est bien, on a été décorés de la légion d'honneur je crois. C'est bien, ça veut dire que là bas, on est reconnus par les autorités du coin! Dans cinq ans, on va revenir, on va être commandeurs, ou chevaliers, ce sera encore plus agréable.

Pour ces 30 ans, vous remplissez le stade de France mais tous les membres originels de Kassav ne sont pas là. Ce n'était pas possible de les réunir tous?

Si, c'était possible. Mais il y en a qui font autre chose maintenant, ce n'est pas toujours simple d'accorder les plannings de tout le monde. C'est uniquement pour ça. Il y en a qui n'ont pas pu, il y en a qui n'ont pas voulu, c'est comme ça, c'est la vie!

Propos recueillis par JP ESSO et Samuel Nja-Kwa, au Stade de France


Jean-Pierre ESSO
Au sujet de l\'auteur:
Journaliste depuis janvier 2002, je m'occupe des sports sur Okabol.com, après avoir été rédacteur à Camfoot.com, correspondant de Fifa.com pour l'Afrique à Paris, rédacteur de "lives" à Eurosport.fr, reporter pour Cifoot.com et radio Jam Abidjan au Mondial 2006.
Trackback(0)
Commentaires (1)Add Comment

Ecrivez un commentaire
quote
bold
italicize
underline
strike
url
image
quote
quote
smile
wink
laugh
grin
angry
sad
shocked
cool
tongue
kiss
cry
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy